top of page
  • Photo du rédacteurBoris Laub Ostéopathe

Croyances et Légendes sur le mal de dos partie 2



douleur des lombaires en portant du poids

Dans la première partie de notre exploration des croyances et légendes entourant le mal de dos, nous avons démystifié plusieurs idées reçues, allant de la nécessité de repos en cas de lumbago à la croyance en l'efficacité universelle des anti-inflammatoires. Nous avons vu que la réalité du mal de dos est souvent plus complexe et nécessite une approche nuancée pour un traitement efficace.


Dans cette deuxième partie, nous allons poursuivre notre voyage à travers d'autres croyances courantes liées aux douleurs dorsales. Nous aborderons des sujets tels que l'impact de la position assise sur le dos, la nécessité d'imagerie médicale avant un traitement ostéopathique, et la perception que certaines pathologies, comme les hernies discales ou les lombalgies chroniques, sont inévitablement incurables ou nécessitent des interventions drastiques.

En démystifiant ces mythes, nous espérons vous offrir les outils nécessaires pour aborder vos douleurs dorsales de manière plus efficace et informée.


Sommaire

 

Croyance 11: "Quand j'ai mal au cou, je dois porter une minerve"


La croyance répandue qu'il est nécessaire de porter une minerve en cas de douleur au cou mérite d'être examinée avec attention. Si dans certaines situations, notamment après un traumatisme cervical grave ou selon des indications médicales spécifiques, le port d'une minerve peut être recommandé, son utilisation n'est pas systématiquement nécessaire pour toutes les douleurs cervicales.


En réalité, le port prolongé d'une minerve sans indication médicale appropriée peut être contre-productif. Il peut entraîner une diminution de la force et de la flexibilité des muscles du cou, car ces derniers sont moins sollicités lorsqu'ils sont immobilisés. Cela peut potentiellement prolonger ou aggraver la douleur à long terme. De plus, une dépendance à la minerve peut se développer, rendant le cou plus vulnérable aux douleurs et aux blessures une fois la minerve retirée.


Pour la plupart des douleurs cervicales non traumatiques, une approche plus dynamique est souvent préférable. Cela peut inclure des exercices de renforcement et d'étirement pour les muscles du cou, des ajustements ergonomiques dans les activités quotidiennes, et des techniques de relaxation pour réduire la tension musculaire. La chaleur locale ou la thérapie par le froid peuvent également apporter un soulagement.


Il est crucial de consulter un professionnel de santé, comme un médecin, un ostéopathe ou un kinésithérapeute, pour obtenir un diagnostic précis de la cause de la douleur au cou et des recommandations de traitement adaptées. Ils peuvent évaluer si le port d'une minerve est nécessaire dans votre cas spécifique et vous conseiller sur les meilleures stratégies pour gérer et soulager votre douleur cervicale.


 

Croyance 12: "Si je souffre d'une hernie discale, l'opération est le seul traitement possible"


La croyance que la chirurgie est la seule option de traitement pour une hernie discale est un mythe trés répandu. En réalité, la majorité des cas de hernie discale peuvent être efficacement traités par des méthodes non chirurgicales. La chirurgie est généralement considérée comme une dernière option, réservée aux cas où les autres traitements ont échoué ou lorsque la hernie discale cause des symptômes graves, comme une faiblesse musculaire significative, une perte de contrôle de la vessie ou de l'intestin, ou une douleur intense et persistante.


Les traitements non chirurgicaux pour une hernie discale comprennent souvent une combinaison de repos, de modifications de l'activité, de médicaments anti-inflammatoires ou analgésiques, de physiothérapie, et d'exercices de renforcement et d'étirement. Ces approches visent à réduire l'inflammation, à soulager la douleur et à améliorer la fonction musculaire et la mobilité.


La kinésithérapie joue un rôle crucial dans le traitement des hernies discales. Elle peut aider à soulager la douleur, à renforcer les muscles du dos et du tronc pour soutenir la colonne vertébrale, et à améliorer la posture et la flexibilité. Des techniques spécifiques, comme la traction ou la thérapie manuelle, peuvent également être utilisées.

Il est important de consulter un professionnel de santé pour obtenir un diagnostic précis et un plan de traitement personnalisé. Un médecin, un ostéopathe ou un kinésithérapeute peut évaluer votre situation spécifique et recommander le meilleur cours d'action, qu'il s'agisse de traitements non chirurgicaux ou, dans certains cas, de chirurgie.


 

Croyance 13: "La lombalgie chronique est incurable"


La croyance qu'une lombalgie chronique est une pathologie permanente et incurable est un concept qui peut sembler décourageant pour de nombreuses personnes souffrant de douleurs dorsales prolongées. Toutefois, il est important de reconnaître que, bien que la lombalgie chronique puisse être un défi complexe à gérer, elle n'est pas nécessairement incurable. De nombreuses stratégies et traitements peuvent grandement aider à réduire la douleur, améliorer la fonction et augmenter la qualité de vie.


La gestion de la lombalgie chronique implique souvent une approche multidisciplinaire. Cela peut inclure des traitements physiques, comme la kinésithérapie, l'ostéopathie, qui visent à renforcer les muscles du dos, à améliorer la flexibilité et à réduire les tensions musculaires. Des modifications du mode de vie, telles que des ajustements ergonomiques au travail et à la maison, une alimentation équilibrée, et la gestion du stress, jouent également un rôle crucial.


De plus, des traitements médicaux, tels que les médicaments anti-inflammatoires, les analgésiques, et parfois des injections, peuvent être utilisés pour gérer la douleur. Dans certains cas, des thérapies complémentaires comme l'acupuncture, la chiropraxie ou le yoga peuvent également offrir un soulagement.


Il est essentiel de travailler en étroite collaboration avec des professionnels de santé pour développer un plan de traitement personnalisé. Chaque cas de lombalgie chronique est unique, et ce qui fonctionne pour une personne peut ne pas être efficace pour une autre. Un diagnostic précis et une compréhension approfondie des causes sous-jacentes de la douleur sont nécessaires pour élaborer un plan de traitement efficace.


En conclusion, bien que la lombalgie chronique puisse être une pathologie persistante, elle n'est pas forcément incurable. Avec une gestion appropriée et un plan de traitement bien conçu, de nombreuses personnes peuvent trouver un soulagement significatif de leurs symptômes et améliorer considérablement leur qualité de vie.


 

Croyance 14: "Si j'ai mal au dos, c'est que j'ai une vertèbre déplacée"


La croyance qu'une douleur dorsale est systématiquement due à une vertèbre déplacée est une simplification qui ne reflète pas la complexité des causes possibles des maux de dos. La notion de vertèbres « déplacées » est un concept qui peut être trompeur. En réalité, les vertèbres ne se déplacent pas facilement de leur position normale en raison de la robustesse des structures osseuses et ligamentaires qui les entourent. Les cas où une vertèbre est véritablement déplacée sont généralement le résultat de blessures graves, comme un traumatisme ou une fracture.


Les douleurs rachidiennes peuvent être causées par une variété de facteurs, y compris des tensions musculaires, des problèmes discaux (comme une hernie discale), de l'arthrose, des problèmes de posture, et même des facteurs psychologiques comme le stress. Dans certains cas, des désalignements mineurs ou des dysfonctionnements des articulations vertébrales peuvent contribuer à la douleur, mais ces situations sont loin d'être aussi simples que des vertèbres « déplacées ».


Il est important de consulter un professionnel de santé pour un diagnostic précis si vous souffrez de douleurs dorsales. Un médecin, un ostéopathe ou un kinésithérapeute peut évaluer votre problème et déterminer la cause réelle de votre douleur. Le traitement dépendra de la cause sous-jacente et peut inclure des exercices de renforcement et d'étirement, des ajustements manuels, des modifications du mode de vie, ou d'autres interventions médicales.


En résumé, attribuer les douleurs dorsales à une vertèbre déplacée est une généralisation qui ne tient pas compte de la diversité des causes possibles de la douleur. Une évaluation professionnelle est essentielle pour déterminer la véritable cause et pour élaborer un plan de traitement efficace.


 

Croyance 15: "Le mal de dos est causé par des blessures graves telle que des fractures ou des tumeurs"


La croyance que le mal de dos est principalement causé par des pathologies graves telles que des fractures ou des tumeurs est une préoccupation compréhensible, mais elle ne reflète pas la réalité de la majorité des cas de douleurs dorsales. Bien que ces pathologies graves soient des causes possibles de douleurs dorsales, elles sont relativement rares par rapport aux causes plus courantes et moins sévères.


La plupart des douleurs dorsales sont dues à des causes bénignes telles que des tensions musculaires, des déséquilibres posturaux, des hernies discales, ou de l'arthrose. Ces problèmes sont souvent liés à des facteurs tels que la posture inadéquate, le surmenage, le manque d'exercice, ou le vieillissement naturel.


Il est important de ne pas ignorer une douleur dorsale persistante ou sévère, car dans de rares cas, elle peut effectivement être le signe d'une pathologie plus grave. Des symptômes tels qu'une perte de poids inexpliquée, une douleur qui ne s'améliore pas avec le repos, une douleur nocturne intense, ou des changements neurologiques comme une faiblesse ou un engourdissement, devraient inciter à consulter un médecin pour une évaluation approfondie.


Cependant, il est également crucial de ne pas tomber dans l'excès d'inquiétude pour chaque douleur dorsale, car cela peut conduire à une peur excessive du mouvement et à une aggravation de la douleur. Une évaluation par un professionnel de santé peut aider à déterminer la cause de la douleur et à élaborer un plan de traitement approprié, qu'il s'agisse de problèmes bénins ou de conditions plus sérieuses.


 

Croyance 16: "J'ai mal au dos, je dois porter un corset"


La croyance qu'un corset est nécessaire ou bénéfique pour toutes les formes de douleurs rachidiennes est une idée répandue, mais elle nécessite une évaluation nuancée. Si dans certains cas cliniques spécifiques, comme dans le traitement de certaines déformations de la colonne vertébrale ou après certaines chirurgies, le port d'un corset peut être indiqué, son utilisation n'est pas universellement recommandée pour tous les types de douleurs dorsales.

Le port prolongé d'un corset sans indication médicale peut entraîner des effets indésirables, comme l'affaiblissement des muscles du tronc. Ces muscles, en l'absence d'exercice régulier dû à l'immobilisation, peuvent devenir moins capables de soutenir la colonne vertébrale, ce qui pourrait potentiellement aggraver la douleur dorsale à long terme. De plus, une dépendance au corset peut se développer, rendant difficile la réalisation d'activités quotidiennes sans son soutien.


Pour la plupart des douleurs dorsales, une approche plus dynamique est souvent préférable. Cela peut inclure des exercices de renforcement et d'étirement pour les muscles du dos, des ajustements ergonomiques dans les activités quotidiennes, et des techniques de gestion de la douleur comme la chaleur, le froid, ou la thérapie manuelle.


Il est essentiel de consulter un professionnel de santé, comme un médecin, un ostéopathe ou un kinésithérapeute, pour obtenir un diagnostic précis de la cause de la douleur dorsale et des recommandations de traitement adaptées. Ils peuvent évaluer si le port d'un corset est nécessaire dans votre cas spécifique et vous conseiller sur les meilleures stratégies pour gérer et soulager votre douleur dorsale.


 

Croyance 17: "Les anti-inflammatoires soignent le mal de dos"


La croyance que les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont une solution curative pour le mal de dos est répandue, mais elle mérite d'être examinée plus en détail. Les AINS, tels que l'ibuprofène ou le naproxène, sont effectivement efficaces pour réduire l'inflammation et soulager la douleur à court terme. Ils peuvent être un élément important du traitement initial, en particulier lorsque la douleur est aiguë et semble être liée à une inflammation.


Cependant, il est important de comprendre que les anti-inflammatoires traitent les symptômes de la douleur dorsale, plutôt que les causes sous-jacentes. Ils peuvent offrir un soulagement temporaire, mais ne s'attaquent pas aux facteurs qui ont conduit à la douleur en premier lieu, tels que les déséquilibres musculaires, les problèmes posturaux, ou les lésions des tissus.

De plus, l'utilisation à long terme d'AINS peut être associée à des effets secondaires, notamment des problèmes gastro-intestinaux, des risques cardiovasculaires, et une altération de la fonction rénale. Par conséquent, leur utilisation doit être soigneusement gérée et limitée dans le temps.


Pour une gestion efficace et durable du mal de dos, il est généralement recommandé d'adopter une approche plus holistique, qui peut inclure des exercices de physiothérapie, des ajustements ergonomiques, des techniques de relaxation, et parfois des changements de mode de vie. Dans certains cas, d'autres formes de médication ou de thérapie peuvent être suggérées.


Il est essentiel de consulter un professionnel de santé pour obtenir un plan de traitement complet et personnalisé. Un médecin, un ostéopathe ou un kinésithérapeute peut vous aider à comprendre les causes de votre douleur dorsale et à élaborer une stratégie de traitement qui va au-delà du simple soulagement symptomatique offert par les anti-inflammatoires.


 

Croyance 18: "La position assise permet de soulager le dos quand on souffre"


La croyance que s'asseoir est bénéfique pour soulager les douleurs dorsales est courante, mais elle nécessite une compréhension plus nuancée. Bien que s'asseoir puisse sembler offrir un soulagement temporaire, en particulier après de longues périodes debout ou en mouvement, cette position peut en réalité contribuer à l'aggravation des douleurs dorsales si elle est maintenue pendant de longues périodes.


Lorsque nous sommes assis, en particulier dans une posture inadéquate, la pression sur les disques intervertébraux de la colonne lombaire peut augmenter significativement. Cela peut conduire à une tension accrue dans le bas du dos et exacerber les problèmes existants, tels que les hernies discales ou les tensions musculaires. De plus, une position assise prolongée peut entraîner un affaiblissement des muscles du tronc, qui sont essentiels pour soutenir la colonne vertébrale.


Pour ceux qui souffrent de douleurs dorsales, il est recommandé de varier régulièrement les positions tout au long de la journée. Alterner entre la position assise, debout, et la marche peut aider à réduire la tension dans le dos. Lorsqu'on est assis, il est important de maintenir une bonne posture, avec le dos droit, les épaules détendues, et les pieds à plat sur le sol. L'utilisation d'une chaise ergonomique ou d'un support lombaire peut également contribuer à une meilleure posture assise.


Il est également bénéfique d'intégrer des pauses régulières pour se lever, s'étirer et bouger, afin de soulager la pression sur le dos et de maintenir la souplesse et la force musculaire. Pour ceux qui souffrent de douleurs dorsales chroniques, consulter un professionnel de santé pour des conseils personnalisés et un plan de traitement adapté est essentiel.


 

Croyance 19: "J'ai besoin d'une radio de ma colonne vertébrale avant de consulter mon ostéopathe"


La croyance qu'il est nécessaire d'obtenir une radiographie de la colonne vertébrale avant de consulter un ostéopathe est une idée répandue, mais elle n'est pas toujours justifiée. En réalité, dans la plupart des cas de douleurs dorsales, une radiographie n'est pas nécessaire avant la première consultation chez un ostéopathe. Les ostéopathes sont formés pour évaluer et traiter de nombreuses affections musculo-squelettiques sans nécessiter d'imagerie initiale.


L'ostéopathie se base sur une évaluation clinique approfondie qui comprend un examen physique, une évaluation de la posture, de la mobilité, et une discussion sur les antécédents médicaux et le style de vie du patient. Cette approche permet à l'ostéopathe de comprendre la cause potentielle de la douleur et de développer un plan de traitement personnalisé.


Les radiographies et autres formes d'imagerie sont généralement réservées aux cas où il existe des signes d'alerte (comme une perte de poids inexpliquée, une douleur nocturne intense, ou des symptômes neurologiques) qui pourraient indiquer une pathologie plus grave nécessitant une évaluation plus approfondie. Dans ces cas, l'ostéopathe peut recommander ou référer le patient pour une imagerie diagnostique.


Il est important de se rappeler que l'imagerie, comme les radiographies, ne montre que la structure des os et certaines autres caractéristiques anatomiques, et ne donne pas toujours une image complète de la cause de la douleur.

De nombreux cas de douleurs dorsales sont liés à des problèmes musculaires ou de tissus mous qui ne sont pas visibles sur les radiographies.


En conclusion, bien que les radiographies puissent être un outil utile dans certains cas, elles ne sont pas une exigence préalable universelle pour consulter un ostéopathe. Une évaluation clinique par un ostéopathe qualifié est souvent suffisante pour commencer le traitement de la plupart des douleurs dorsales.


 

Conclusion


À travers cet article en deux parties, nous avons entrepris un voyage pour démystifier les croyances et légendes entourant le mal de dos, un problème de santé commun mais souvent mal compris. De la remise en question de l'efficacité du repos complet en cas de lumbago à la clarification des rôles de l'exercice physique, de la posture, et des traitements médicaux, notre objectif a été de fournir une perspective éclairée et basée sur des preuves.


Nous avons vu que, bien que certaines croyances populaires contiennent un grain de vérité, beaucoup sont des simplifications excessives qui peuvent conduire à des approches de gestion de la douleur inadéquates ou même nuisibles. En comprenant mieux la réalité complexe du mal de dos, nous pouvons adopter des stratégies plus efficaces pour le prévenir et le traiter, améliorant ainsi notre qualité de vie.


Il est essentiel de reconnaître que chaque individu est unique, et ce qui fonctionne pour une personne peut ne pas être approprié pour une autre. La consultation de professionnels de santé, tels que des médecins, des ostéopathes ou des kinésithérapeutes, est cruciale pour obtenir un diagnostic précis et un plan de traitement personnalisé.


En conclusion, en nous armant de connaissances et en adoptant une approche proactive et informée, nous pouvons mieux gérer le mal de dos et minimiser son impact sur notre vie quotidienne. Espérons que cet article ait été un pas vers une meilleure compréhension et une meilleure gestion de cette condition si répandue.


 

À propos de l'Auteur: Boris Laub, Ostéopathe D.O.


Boris Laub Ostéopathe

Boris Laub est un ostéopathe, fort d'une riche expérience dans le domaine de l'ostéopathie, acquise depuis 2007. Ancien sportif de haut niveau en basket-ball, il a découvert les bienfaits de l'ostéopathie dès son plus jeune âge, ce qui l'a conduit à embrasser cette profession avec passion. Diplômé en kinésithérapie et en ostéopathie à Paris (Fondation EFOM Boris Dolto), ainsi qu'en anatomie à l'Université de Bordeaux, Boris est constamment à la recherche de nouvelles techniques et approches pour améliorer sa pratique et la prise en charge de ses patients. Il partage également son savoir et son expérience en tant qu'enseignant et formateur dans des instituts de formation en ostéopathie et en kinésithérapie. Basé à Espère, Boris Laub est dédié à fournir des soins personnalisés, visant à améliorer le bien-être et la qualité de vie de ses patients.


Comentarios


bottom of page