top of page
  • Photo du rédacteurBoris Laub Ostéopathe

Croyances et légendes sur le mal de dos partie 1



mannequin en bois souffrant d'un lumbago

Le mal de dos est une pathologie commune qui touche une grande partie de la population à un moment ou à un autre de leur vie. Autour de ce trouble, de nombreuses croyances et légendes se sont tissées, influençant la manière dont les gens perçoivent et gèrent leur douleur. En tant qu'ostéopathe, je rencontre fréquemment des patients qui adhèrent à ces idées reçues, ce qui peut parfois entraver leur rétablissement ou leur bien-être.


Cet article vise à démystifier certaines de ces croyances populaires sur le mal de dos. De l'idée qu'il faut arrêter toute activité physique en cas de douleur, à la crainte que le sport ou le port de charges lourdes ne soient intrinsèquement nocifs pour le dos, ces notions sont profondément ancrées dans notre société. Nous explorerons également des concepts tels que l'importance de la posture, l'impact de l'âge sur la santé du dos, et la relation entre les douleurs physiques et les facteurs psychologiques.


En confrontant ces croyances aux connaissances médicales actuelles, nous chercherons à offrir une perspective plus nuancée et scientifiquement fondée sur le mal de dos. L'objectif est de fournir des informations claires et utiles qui peuvent vous aider à mieux comprendre et gérer vos douleurs.


Sommaire

 

Croyance 1: "Quand on a mal au dos, il faut arrêter de bouger"


Une idée largement répandue est que, face à une douleur dorsale, le repos et l'immobilité sont les meilleurs remèdes. Cette croyance, bien qu'intuitive, est en réalité contre-productive dans de nombreux cas. Les recherches médicales modernes suggèrent que l'activité physique modérée est non seulement sécuritaire, mais souvent bénéfique pour le dos douloureux.


L'immobilité prolongée peut entraîner une raideur et une faiblesse musculaire, aggravant potentiellement la douleur et retardant la guérison. En revanche, des mouvements doux et contrôlés, adaptés à la capacité individuelle, peuvent favoriser la circulation sanguine, améliorer la flexibilité et renforcer les muscles soutenant la colonne vertébrale. Des activités comme la marche, la natation ou le yoga doux sont souvent recommandées pour maintenir une certaine mobilité sans surcharger le dos.


Il est important de noter que chaque cas de mal de dos est unique, et ce qui convient à une personne peut ne pas être approprié pour une autre. Par conséquent, il est essentiel de consulter un professionnel de santé, comme un ostéopathe ou un kinésithérapeute, pour obtenir des conseils personnalisés. Ces experts peuvent évaluer votre situation spécifique et recommander un programme d'activités adapté, vous aidant ainsi à gérer votre douleur de manière efficace et sécuritaire.


 

Croyance 2: "Le dos est fragile, il faut le ménager"


Cette croyance populaire suggère que le dos est une structure intrinsèquement fragile, nécessitant une prudence excessive pour éviter les blessures. Bien qu'il soit vrai que le dos peut être sujet à des douleurs et des blessures, le considérer comme fragile peut conduire à une surprotection et à une peur du mouvement, ce qui est contre-productif à long terme. En réalité, la colonne vertébrale est une structure robuste et résiliente, capable de supporter des charges importantes et de s'adapter à divers mouvements.


Le ménagement excessif du dos peut entraîner une diminution de la force musculaire et de la souplesse, rendant le dos plus susceptible aux douleurs et aux blessures. Au lieu de le ménager de manière excessive, il est plus bénéfique de se concentrer sur le renforcement et la flexibilité du dos. Des exercices réguliers, conçus pour renforcer les muscles du tronc et améliorer la posture, peuvent grandement contribuer à la santé de votre dos. Des activités comme le Pilates, la natation, ou des exercices de renforcement spécifiques peuvent aider à construire une colonne vertébrale plus forte et plus souple.


Il est essentiel de trouver un équilibre entre la protection du dos contre les surcharges et le maintien de son intégrité par le renforcement et la flexibilité. Comme toujours, il est recommandé de consulter un professionnel de santé pour obtenir des conseils adaptés à votre situation personnelle, surtout si vous avez des antécédents de douleurs dorsales ou d'autres problèmes de santé qui pourraient affecter votre dos.


 

Croyance 3: "Il faut se tenir droit pour ne pas avoir mal au dos"


La croyance que maintenir une posture strictement droite est essentielle pour prévenir le mal de dos est répandue, mais elle nécessite une nuance. Si une bonne posture peut effectivement contribuer à la santé du dos, l'idée qu'il faille se tenir parfaitement droit en tout temps est un peu simpliste et peut même s'avérer contre-productive. Une posture trop rigide peut entraîner une tension musculaire excessive et de la fatigue, ce qui peut à son tour causer ou aggraver des douleurs dorsales.


Une bonne posture ne signifie pas nécessairement être raide comme un piquet. Il s'agit plutôt de maintenir un alignement naturel et confortable de la colonne vertébrale, où les courbures naturelles du dos sont respectées. Cela implique souvent de se tenir debout avec les épaules légèrement en arrière et le bassin en position neutre, mais sans rigidité excessive. Lorsque vous êtes assis, il est important de soutenir votre dos, idéalement avec le dos légèrement incliné vers l'arrière et les pieds à plat sur le sol.


Il est également crucial de varier régulièrement sa posture et de bouger. Rester dans la même position, même une "bonne" posture, pendant de longues périodes peut être préjudiciable. Des pauses régulières pour se lever, s'étirer et changer de position sont bénéfiques pour la santé du dos.


Enfin, il est important de se rappeler que chaque corps est différent. Ce qui constitue une posture confortable et saine pour une personne peut ne pas l'être pour une autre. L'écoute de son propre corps et la consultation d'un professionnel, comme un ostéopathe, peuvent aider à trouver la posture la plus adaptée à vos besoins individuels.


 



jogging sur la plage

Croyance 4: "La course à pied fait mal au dos"


La croyance que la course à pied est intrinsèquement nocive pour le dos est assez répandue, mais elle ne reflète pas toute la complexité de la relation entre la course et la santé dorsale. En réalité, la course à pied, pratiquée correctement, peut être bénéfique pour le dos. Elle stimule la circulation sanguine, renforce les muscles, y compris ceux du tronc, et peut contribuer à un poids corporel sain, ce qui réduit la pression sur la colonne vertébrale.


Cependant, il est vrai que la course peut exercer une certaine pression sur le dos, surtout si elle est pratiquée avec une mauvaise technique ou sans préparation adéquate. Les coureurs doivent être particulièrement attentifs à leur forme de course, y compris leur posture et la manière dont leurs pieds touchent le sol. Des chaussures de course adaptées et une surface de course appropriée peuvent également faire une grande différence dans la réduction de l'impact sur le dos.


Il est également important de compléter la course à pied avec des exercices de renforcement et d'étirement, en particulier pour les muscles du tronc et du bas du dos. Cela peut aider à prévenir les déséquilibres musculaires qui pourraient conduire à des douleurs dorsales.


Pour ceux qui ont des antécédents de douleurs dorsales, il est conseillé de consulter un professionnel de santé avant de commencer ou de reprendre un programme de course à pied. Un ostéopathe ou un kinésithérapeute peut fournir des conseils personnalisés et aider à élaborer un plan d'entraînement adapté qui tient compte de la santé de votre dos.


 

Croyance 5: "Quand on a un lumbago, il faut se reposer"


Le lumbago, communément appelé « tour de rein », est souvent associé à l'idée qu'un repos complet est nécessaire pour la guérison. Bien que le repos puisse être bénéfique dans les premières heures suivant l'apparition de la douleur aiguë, un repos prolongé n'est généralement pas recommandé et peut même retarder la récupération.


Les recherches actuelles suggèrent qu'une reprise progressive de l'activité normale est plus efficace pour le traitement du lumbago. Le mouvement aide à maintenir la flexibilité de la colonne vertébrale, favorise la circulation sanguine et renforce les muscles du dos, ce qui peut accélérer le processus de guérison. Des activités légères comme la marche ou des étirements doux sont souvent conseillées, en évitant les mouvements qui provoquent une douleur aiguë.

Il est important de noter que chaque cas de lumbago est unique, et les activités recommandées peuvent varier en fonction de l'intensité de la douleur et des circonstances individuelles.


Il est donc essentiel de consulter un professionnel de santé, tel qu'un ostéopathe ou un médecin, pour obtenir des conseils personnalisés. Ces experts peuvent évaluer votre situation spécifique et recommander un plan de traitement adapté, qui peut inclure des exercices spécifiques, des modifications de l'activité quotidienne, et parfois des traitements complémentaires.


En résumé, bien que le repos soit une partie importante du traitement initial du lumbago, il est généralement conseillé de reprendre progressivement les activités normales sous la supervision d'un professionnel de santé, afin de favoriser une guérison plus rapide et plus efficace.


 

Croyance 6: "Le sport use les articulations"


La croyance que la pratique sportive entraîne inévitablement une usure des articulations est un mythe qui nécessite d'être clarifié. En réalité, l'exercice physique régulier est l'un des meilleurs moyens de maintenir la santé des articulations. L'activité physique aide à renforcer les muscles qui soutiennent les articulations, améliore la flexibilité et la mobilité articulaire, et favorise la circulation sanguine, ce qui peut aider à nourrir les tissus articulaires.


Cependant, il est vrai que certains sports, en particulier ceux à impact élevé ou pratiqués de manière intensive, peuvent exercer une pression importante sur les articulations. Pour minimiser les risques, il est essentiel de pratiquer des sports adaptés à son niveau de condition physique, d'utiliser un équipement approprié, et de respecter les techniques correctes. De plus, l'alternance entre différents types d'activités, comme combiner des sports à impact élevé avec des activités à faible impact comme la natation ou le vélo, peut aider à réduire le stress sur les articulations.


Il est également important de prendre en compte les antécédents personnels de blessures ou de conditions articulaires. Les personnes ayant des problèmes articulaires préexistants devraient consulter un professionnel de santé, comme un médecin du sport ou un physiothérapeute, pour des conseils sur les activités les plus appropriées et les moyens de pratiquer le sport en toute sécurité.


En conclusion, loin d'user les articulations, le sport pratiqué de manière appropriée est bénéfique pour leur santé. Une approche équilibrée et adaptée à chaque individu est la clé pour profiter des avantages du sport tout en minimisant les risques pour les articulations.


 



haltérophile soulevant une barre

Croyance 7: "Porter du poids abîme le dos"


La croyance que porter du poids est automatiquement dommageable pour le dos est répandue, mais elle nécessite une compréhension plus nuancée. Il est vrai que soulever ou porter des charges lourdes de manière incorrecte peut entraîner des blessures au dos, notamment des entorses ou des hernies discales. Cependant, le port de poids en soi n'est pas nécessairement nocif pour le dos, à condition qu'il soit effectué correctement.


La clé pour porter du poids sans endommager le dos réside dans la technique. Il est essentiel d'utiliser les muscles des jambes et des fessiers pour soulever, plutôt que de se pencher et de mettre tout le poids sur le bas du dos. Garder la charge près du corps, plier les genoux et garder le dos droit sont des aspects fondamentaux d'une bonne technique de levage. De plus, il est important de ne pas dépasser ses limites personnelles en termes de poids et de toujours demander de l'aide pour des charges particulièrement lourdes.


Le renforcement des muscles du dos et du tronc est également crucial pour prévenir les blessures lors du port de poids. Des exercices réguliers visant à renforcer ces muscles peuvent augmenter la capacité du dos à supporter des charges sans subir de dommages.

Il est important de noter que si vous avez des antécédents de douleurs dorsales ou d'autres problèmes de santé liés au dos, il est conseillé de consulter un professionnel de santé avant d'entreprendre des activités impliquant le port de poids. Un ostéopathe ou un physiothérapeute peut offrir des conseils personnalisés et des recommandations sur les techniques de levage appropriées et les exercices de renforcement.

 

Croyance 8: "Plus on vieillit, plus on souffre du dos"


La croyance que les douleurs dorsales sont une conséquence inévitable du vieillissement est répandue, mais elle ne tient pas compte de nombreux facteurs qui peuvent influencer la santé du dos. Il est vrai que le vieillissement s'accompagne de changements dans le corps, comme la diminution de la densité osseuse et la perte de flexibilité des muscles et des ligaments, qui peuvent augmenter le risque de douleurs dorsales. Cependant, cela ne signifie pas que la douleur est une fatalité pour toutes les personnes âgées.


Une approche proactive de la santé du dos peut faire une grande différence, même à un âge avancé. Cela inclut le maintien d'une activité physique régulière adaptée à l'âge et à la condition physique, ce qui aide à renforcer les muscles du dos et à maintenir la flexibilité de la colonne vertébrale. Des activités comme la marche, la natation, le yoga ou le Pilates pour seniors sont d'excellents choix.

De plus, des habitudes de vie saines, telles qu'une alimentation équilibrée riche en calcium et en vitamine D pour la santé osseuse, et le maintien d'un poids corporel sain pour réduire la pression sur la colonne vertébrale, sont également importantes. Il est également crucial de prêter attention à la posture et aux techniques de levage dans la vie quotidienne.


Enfin, il est important de ne pas négliger les douleurs dorsales en les attribuant simplement à l'âge. Consulter un professionnel de santé pour un diagnostic et un traitement appropriés est essentiel, car de nombreuses causes de douleurs dorsales chez les personnes âgées sont traitables et peuvent être grandement soulagées avec une intervention appropriée.


 

Croyance 9: "Si les examens complémentaires ne donnent rien, c’est que les douleurs sont psychiques"


Cette croyance suggère que si les examens médicaux standards ne révèlent aucune cause physique évidente pour les douleurs dorsales, alors ces douleurs doivent être d'origine psychologique. Bien qu'il soit vrai que les facteurs psychologiques, comme le stress ou l'anxiété, peuvent influencer la perception de la douleur et même contribuer à son intensité, il est réducteur de conclure automatiquement à une origine purement psychique en l'absence de résultats aux examens.


La douleur dorsale est un phénomène complexe et peut être influencée par une multitude de facteurs, y compris des pathologies musculosquelettiques subtiles qui ne sont pas toujours détectables par des examens standards comme les radiographies ou les IRM. De plus, la douleur peut être le résultat d'interactions complexes entre des facteurs physiques, psychologiques et environnementaux.


Il est important d'adopter une approche holistique dans le diagnostic et le traitement des douleurs dorsales. Cela implique de prendre en compte non seulement les résultats des examens médicaux, mais aussi l'histoire personnelle du patient, son style de vie, son état psychologique et ses facteurs de stress. Dans certains cas, une approche multidisciplinaire impliquant des médecins, des ostéopathes, des psychologues et d'autres professionnels de santé peut être nécessaire pour traiter efficacement la douleur dorsale.


En résumé, attribuer les douleurs dorsales à une cause psychologique uniquement sur la base de l'absence de résultats aux examens complémentaires est une simplification excessive. Une évaluation complète et une approche de traitement intégrée sont essentielles pour aborder efficacement la complexité de la douleur dorsale.


 

Croyance 10: "Je souffre parce que j’ai une jambe plus longue"


La croyance qu'une différence de longueur entre les jambes est une cause majeure de douleurs dorsales est assez répandue. Bien qu'une disparité significative de longueur des jambes puisse effectivement contribuer à des déséquilibres musculo-squelettiques et à des douleurs, notamment dans le bas du dos, il est important de noter que de légères différences de longueur sont assez communes et souvent cliniquement insignifiantes.


Dans de nombreux cas, une petite différence de longueur des jambes ne provoque pas de douleur ou de problème. Cependant, lorsqu'une différence est suffisamment prononcée pour affecter la démarche ou la posture, elle peut entraîner une tension inégale sur le dos et potentiellement causer des douleurs. Il est donc important d'évaluer correctement si une telle différence est présente et si elle est suffisamment significative pour nécessiter une intervention.

Les traitements pour une différence significative de longueur des jambes peuvent inclure des semelles orthopédiques ou des ajustements dans les chaussures pour compenser la différence. Des exercices spécifiques peuvent également être recommandés pour renforcer les muscles et améliorer la posture.


Il est essentiel de consulter un professionnel de santé, tel qu'un ostéopathe, un kinésithérapeute ou un podologue, pour une évaluation précise et des conseils adaptés. Ces experts peuvent déterminer si la différence de longueur des jambes est une cause contributive aux douleurs dorsales et recommander le traitement le plus approprié.


 

Conclusion


Il est crucial de reconnaître que, bien que les croyances entourant le mal de dos soient profondément ancrées dans notre société, elles ne sont pas toujours soutenues par des preuves scientifiques et peuvent parfois conduire à des approches de gestion de la douleur moins efficaces, voire contre-productives. En comprenant mieux la réalité derrière ces mythes, nous pouvons adopter des stratégies plus efficaces pour maintenir la santé de notre dos et améliorer notre qualité de vie.


 

À propos de l'Auteur: Boris Laub, Ostéopathe D.O.


Boris Laub Ostéopathe

Boris Laub est un ostéopathe, fort d'une riche expérience dans le domaine de l'ostéopathie, acquise depuis 2007. Ancien sportif de haut niveau en basket-ball, il a découvert les bienfaits de l'ostéopathie dès son plus jeune âge, ce qui l'a conduit à embrasser cette profession avec passion. Diplômé en kinésithérapie et en ostéopathie à Paris (Fondation EFOM Boris Dolto), ainsi qu'en anatomie à l'Université de Bordeaux, Boris est constamment à la recherche de nouvelles techniques et approches pour améliorer sa pratique et la prise en charge de ses patients. Il partage également son savoir et son expérience en tant qu'enseignant et formateur dans des instituts de formation en ostéopathie et en kinésithérapie. Basé à Espère, Boris Laub est dédié à fournir des soins personnalisés, visant à améliorer le bien-être et la qualité de vie de ses patients.

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page